Météo Nantes

samedi 23 janvier 2016

Appel aux bonnes volontés

Chers collègues,

Le tirage au sort des carrés rapaces diurnes à prospecter est arrivé le lendemain de la réunion naturaliste. Les cartes concernées sont :

1225e Légé
1223o St Herblain
1223e Carquefou Nantes
1022o Herbignac la Roche-Bernard
1321o Moisdon la Rivière

Il faut au moins prospecter une carte par année. Ces carrés sont-ils dignes de votre intérêt ?
- Le carré 1225e est à l’est de Legé. 1/4 de la surface du carré est situé en Vendée. C’est un système agricole très ouvert au remembrement important. Le maillage des haies disparues est encore visible sur googlemaps. Une belle zone de bosquets se trouve justement en Vendée au sud-est du carré. Quelques hectares de bois sont situés autour du château de Gramont en Vendée, donc sûrement privés, au nord-est du carré. En Loire-Atlantique au nord quelques bosquets. Le groupe Sud-Loire pourrait-il s’en charger ?
Le carré 1223e Nantes-Carquefou est une zone trop urbaine malgré les zones des bords de l’Erdre et du Gesvres.
Le carré 1022o Herbignac est en partie sur la baie de Pont Mahé, les traicts de Mesquer et les marais salants. Il serait nécessaire de décalé ce carré sur l’est sur 2.5 km et il y aurait encore des marais salants sur une bonne surface. Il faudrait savoir qui a déjà prospecté ce carré et sur quelle position exacte. Le groupe Presqu’île pourrait-il s’en charger ?
Le carré 1223o St Herblain est à l’ouest de cette ville. C’est une zone bocagère très urbanisée mais assez riche pour les buses et les faucons crécerelles. Le groupe Nantes-ouest pourrait-il s’en charger ?
Le carré 1231o est situé entre la forêt d’Ancenis au sud et la forêt Pavée au nord. Deux villages sont dans le carré : Moisdon la Rivière et le Grand Auverné. C’est une zone agricole très ouverte sans reste de bocage mais avec la vallée du Don et des quelques coteaux boisés. En l’absence de groupe ‘’ Châteaubriant ‘’, le groupe Ancenis pourrait-il s’en charger ?

Les bonnes volontés sont donc recherchées pour prospecter au moins un carré voir deux. Le responsable du carré peut s’entourer de débutants pour surveiller des nids déjà repérés, des couples cantonnés. Cette prospection demande du temps mais il est possible de le faire à plusieurs équipes. Les résultats peuvent être partagés sur une carte googlemaps ce qui permet de connaître l’avancement des prospections par chaque équipe et de préparer les sorties à venir. Cette carte permet de faire une synthèse rapide à la fin de la prospection.
Ceux qui ont déjà une expérience de ces prospections pourraient en faire bénéficier les nouveaux qui veulent s’investir, un échange entre groupes différents serait le bien venu.

Pour plus de renseignements sur cette prospection, voir le site de l’observatoire rapaces de la LPO : observatoire-rapaces.lpo.fr

Jean-Luc Naudin, du groupe Ceps Loire Divatte
Nouveau responsable 2016 des carrés rapaces en Loire-Atlantique.

Pétitions

Notre blog s'est enrichi dernièrement d'une nouvelle rubrique, consultable sur la marge de droite, dans laquelle figurent les pétitions en cours ayant trait à la protection de l'environnement et sa biodiversité. Si vous estimez qu'elles sont sujettes à caution, ou si vous souhaitez nous en signaler d'autres, faites-nous le savoir.
La première de la liste, initiée par la LPO, dénonce le massacre illégal des oiseaux familiers, pour la plupart protégés, avec la bienveillance et parfois la complicité passive des autorités et de quelques élus. Ces traditions barbares participent au déclin, voir la disparition, d'espèces autrefois communes. Pour consulter  les autres pétitions, rendez-vous à cette page, ou cliquez sur l'image.
André

mercredi 6 janvier 2016

Sorties et animations 2016 LPO 44 et 49

En attendant que les versions papier soient distribuées, vous pouvez dès à présent consulter en ligne les sorties et animations 2016 de la LPO Loire-Atlantique et de la LPO Anjou. Vous ne trouverez l'agenda des nôtres que sur le dépliant de gauche, ou la marge de droite.
           

Le nombre de participants à nos sorties et animations étant limité, il est nécessaire de vous inscrire auprès de la LPO 44, au 02.51.82.02.97. Une fois chose faite et pour nous permettre d'organiser un éventuel co-voiturage, laissez-nous vos coordonnées par le formulaire de contact, sur la marge de droite. Merci pour votre compréhension.

samedi 2 janvier 2016

AH, LES QUELLES SONT JOLIES LES P’TITES GENETTES DE MON PAYS…

(D’après une célèbre chanson d’Enrico Macias)

Voilà maintenant une trentaine d’années que l’auteur de cet article court après les genettes.

Pourtant pas de risque pour lui du côté de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, puisque l’objet de ses recherches n’a rien à voir avec les charmantes « petites poupées » qui passent leur temps sur Face book, s’habillent en rose et dont Louane ou Violetta sont les idoles.

Elles ont bien autre chose à faire les jolies p’tites genettes Elles ressemblent à des chats avec une silhouette plus allongée et plus fine (se rapprochant un peu de celle de la fouine). Le pelage est gris tacheté noir en lignes avec une raie de même couleur sur le dos. Le museau est très allongé, les oreilles plus grandes que celles de nos matous (C’est pour mieux entendre mon enfant). Mais ce qu’on remarque surtout c’est la queue. Presque la longueur du corps ! Car si la genette mesure 90 cm environ, sa queue en mesure une bonne quarantaine.

C’est un carnivore, pourtant elle ne fait ni partie de la famille des mustélidés comme la fouine ni de celle des félidés comme les chats mais de celle des viverridés comme la mangouste ! C’est d’ailleurs la seule représentante de cette famille en France. (Il y en a qui ont cherchent toujours à se faire remarquer…)

Venue d’Afrique, elle aurait migré progressivement en France. Des sources disent qu’elle aurait été amenée par les Romains (ou les Maures). Bref, sa présence en métropole est très ancienne. Elle était utilisée contre les rongeurs dans les habitations avant que n’apparaisse le chat domestique. On la retrouve sur certains tableaux du Moyen-âge et les plus attentifs d’entre vous l’ont remarquée dans la tapisserie de La Dame à la licorne.

Alors, c’est vrai, les genettes sont jolies. Et discrètes, très discrètes. Au point que la plupart des habitants du coin ignorent que ces élégantes vivent dans leur région. Après des heures de recherches et d’affût, je n’ai réussi à en voir qu’une fois. J’en ai trouvé écrasées sur la route ou naturalisées, filmé au piège photographique, mais ma seule observation vivante et en liberté fut dans les phares d’une voiture. Il y a bien longtemps !
Il faut dire que la genette vit dans des milieux assez difficiles d’accès : Les coteaux escarpés et boisés lui conviennent parfaitement. De plus elle à des habitudes nocturnes et des horaires irréguliers, son odorat et son ouïe sont très développés, son territoire parfois très vaste. Elle se tient en général loin des activités humaines. Autant dire que même avec une vue de nyctalope et en restant longtemps caché et immobile dans un secteur qu’elle fréquente, l’observer est donc mission quasi impossible.

Pourtant certaines observations sont surprenantes. Un agriculteur des bords de Loire vers Chaumont, m’a dit avoir surpris une genette qui dormait dans le foin dans sa grange. Quand je lui ai demandé sa réaction, il m’a répondu qu’il l’avait laissé tranquille car il avait constaté que ni les poules, ni, apparemment les œufs ne diminuaient. Il en avait déduit que la genette venait plutôt se nourrir des rongeurs qui s’attaquaient à son grain. Ce raisonnement semble confirmé par un témoignage de 2010 que l’on peut trouver sur le site de LOT-NATURE : une genette endormie dans un poulailler, sans queles poules soient troublées le moins du monde (avec photo à l’appui) !

Mais ce n’est pas l’avis de tout le monde. Car la genette, très agile et excellente grimpeuse, ne se contente pas de croquer les mulots qui vivent dans les milieux boisés comme elle, ni les rats ou les souris. Elle peut aussi attraper des écureuils, des oiseaux, et très rarement des lapins, des œufs. Alors évidemment elle est accusée de piller certains élevages et de se nourrir de gibier. Elle est donc encore tuée illégalement même si elle est pourtant intégralement protégée par la législation. De plus elle se montre peu méfiante vis-à-vis des pièges. Des piégeurs affirment avoir repris des genettes peu de temps après les avoir relâchées ! Jolies mais pas très futées ?

La genette semble avoir beaucoup de mal à franchir la Loire (difficulté à franchir les ponts ?) et si quelques observations sont faites au nord du fleuve, c’est surtout au sud qu’elle semble se plaire. C’est notre secteur extrême ouest du Maine-et-Loire qui concentre le plus d’observations.
Jacques