Météo Nantes

mardi 24 mars 2015

Enquête rapaces nocturnes

Le Ceps-Loire-Divatte participant à l'enquête des rapaces nocturnes, initiée par la LPO France, le premier passage sur le carré central de la carte 1323O de Vallet a été réalisé en 3 nuits, les 6, 7 et 8 mars 2015.
Dix points ont été réalisés à pieds pour être le plus centré dans le carré 1x1km, ou s’écarter des lieux trop habités, ou pour éviter de se faire repérer par les habitants proches, sans parler des chiens aux aboiements rageurs. Voiture suspecte, cris étranges auraient vite fait d’attirer l’attention sur le prospecteur.
Deux carrés n’ont pas été prospectés, ceux-ci couvrant les bourgs de St Julien-de-Concelles et du Loroux-Bottereau.
Deux nuits de pleine lune étaient sans nuage et sans vent. La dernière nuit s’est vite couverte et le vent s’est mis à souffler à l’avant dernier point.
Huit Chevêches d’Athéna ont répondu, dont un couple. Quatre sites sont nouveaux et pourtant des repasses avaient déjà été effectuées par le passé.
Onze Effraies des clochers dont deux couples possibles ont été entendues. Des oiseaux sont venus survoler l’appareil de repasse.
Dix Chouettes hulottes, dont un couple, ont réagi à la repasse.
Aucun Hibou moyen-duc n’a été contacté. Nous n’en sommes pas étonnés car cette zone n’est pas vraiment propice à son installation.
Sept points n’ont suscité aucune réponse alors que des nocturnes ont déjà été entendus à proximité. Cela est peut-être du à la repasse courte du protocole.
Le deuxième passage se déroulera entre le 15 mai et 15 juin 2015. A cette époque des jeunes seront nés et il sera alors possible de les entendre pour confirmer des couples reproducteurs.
Jean-Luc

Observatoire Rapaces

L’article suivant est un résumé tiré du site Observatoire-rapaces.lpo.fr. Nous vous invitons à suivre ce lien pour de plus amples informations.
Qu’est ce que l’Observatoire Rapaces
C’est la suite de l’Enquête Rapaces, lancée entre 2000 et 2002, lors duquel un recensement de tous les rapaces diurnes présents sur 1230 carrés de 25km², répartis sur toute la France, avait été réalisé, donnant lieu à l’édition d’un atlas « Rapaces diurnes de France » aux éditions Delachaux et Niestlé.
Suite à cet inventaire, il a été proposé de poursuivre cette enquête annuellement avec un échantillonnage restreint et le même protocole que l’enquête 2000/2002. Le projet consiste à inventorier chaque année, avec un recensement exhaustif des rapaces nicheurs, au moins un carré de 25km² par département. Ce carré, de 5x5 km, est centré au centre des carte IGN série bleue 25.000ème.
Des simulations du CNRS de Chizé ont montré, qu’avec 20% des carrés couvrant la toute France, qu’il était possible de suivre l’abondance nationale d’une quinzaine d’espèces communes.
Ce suivi annuel doit permettre d’accroître et d’affiner les connaissances sur l’état des populations et de dégager les tendances et évolutions au sein des rapaces diurnes de France.

Notre enquête 2015
Cette année, le CEPS s’est porté volontaire pour recenser le carré de la carte 1322O Riallé Ligné, tirée au sort. Nous sortons de « notre zone habituelle» mais cela sera une expérience enrichissante pour ceux qui n’ont jamais participé à ce type d’enquête. Pour le moment, nous sommes trois à y participer la semaine : Jean-Christophe, André et Jean-Luc.
Le carré central couvre une partie des communes de Ligné, Mouzeil, Couffé et les Touches.
Nous avons été agréablement surpris de retrouver des prairies naturelles de pâturage extensif. De nombreuses haies, avec des arbres de grande taille, bordent les parcelles. De nombreux arbres isolés, vestiges de l’ancien maillage bocager, supportent souvent d’anciens nids de corneilles susceptibles d’accueillir des nichées de Faucon crécerelle. Les bosquets sont peu fréquents. Deux sapinières, dont une avec des arbres de grande taille pourront peut-être révéler la nidification de l’Epervier d’Europe.
A cette mi-mars, nous avons profité de l’absence de feuilles sur les arbres pour repérer d’anciens nids de corvidés et aires de buses. Nous avons assisté à 4 accouplements de buses variables et la visite de plusieurs nids, des apports de matériaux, ce qui ne veut malheureusement pas dire que ces nids seront ceux qui abriteront des nichées. Il est encore un peu tôt et les couples peuvent encore changer d’avis, suivant les dérangements, le voisinage d’autres couples ou de la corneille noire qui se révèle être une harceleuse de premier ordre. Les buses variables sont présentes dans tous les carrés prospectés. Il n’est pas rare de voir voler 4, 6 ou 8 buses ensemble, puis tous les oiseaux se dispersent, ce qui ne facilite pas le repérage des territoires.
Trois visites de nid par des crécerelles ont été notées. La population de ce faucon paraît moins importante que celle des buses.
L’épervier n'a été noté seulement que deux fois, mais c’est un oiseau fugace et rapide, donc beaucoup plus difficile à détecter que le crécerelle. Pourtant ses parades sont souvent démonstratives et spectaculaires, mais il est nettement plus rare.
Le Busard St Martin a également été repéré mais ce ne sont peut-être que des hivernants ou des migrateurs.
Un milan noir a été vu en vol hier, ne reste plus qu'à attendre le retour du faucon hobereau.
Jean-Luc
Photo:  Pose déjeuner, avec Denise, du groupe LPO Ancenis et Marie-Christiane,
groupe LPO Sud-Loire / Pays-de-Retz, qui nous ont amicalement prêté main-forte.

vendredi 20 mars 2015

01/07/2014 : panneautage


Le 01 juillet 2014, à la demande de la LPO 49, Jean-Luc et André ont inspecté deux sites de reproduction de sternes naines, sur les grèves de Loire entre St-Florent-le-Vieil et Champtoceaux : Les effectifs de cet oiseaux sont d'environ 200 couples en pays de Loire, dont la majorité en Maine-et-Loire, ce qui représente plus de 10% de la population française (sources : Oiseaux nicheurs des pays de la Loire, delashaux & nieslé, 2014). Malheureusement, sur l'un d'eux, des gens jouaient au ballon en plein milieu de la colonie, les oiseaux adultes les survolaient en poussant des cris d'alarme. Dans l'urgence, nous avons posé des panneaux délimitant les secteurs de nidification, en espérant qu'il n'y ait pas eu trop de dégâts sur les nids.
Le 26 juillet suivant, le résultat ne fût pas à la hauteur de nos espérances : une crue avait emporté des oisillons, des oeufs et accessoirement des panneaux. Mais les humains s'en étaient aussi mêlés, des empreintes de bottes (pêcheurs ?) ont été retrouvées dans le périmètre de ponte d'une des deux colonies et des panneaux ont été vandalisés. Au final, on n'a pu dénombrer sur le site le plus important que six jeunes pour onze nids recensés, et sur l'autre deux jeunes pour quatre nids. Vivement un arrêté de biotope !
André

02/06/2014 : Genette

Aux aurores, un garde particulier nous informe qu'il a attrapé une Genette commune dans une cage-piège, en Anjou. C'est le genre d'animal mythique qu'il est impossible d'observer vivant, de jour, sauf à l'avoir capturé. André et Jean-Luc ont eu le plaisir d'assister à sa libération, dans un lieu gardé secret, pour en préserver la tranquillité. Ce fait exceptionnel valait bien un petit article et une photo, et cette donnée alimentera le futur Atlas des mammifères de Maine-et-Loire, auquel nous participons.
André

23/04/2014 : la Loire à vélo

De bon matin, André et Jean-Luc ont emprunté le futur chemin de la Loire à vélo, entre Champtoceaux et La Varenne, les travaux devant commencer au mois de mai, soit en pleine période de reproduction. Mais un râle des genêts s'est mis à chanter à leur passage : Oiseau emblématique des basses vallées angevines, il est menacé de disparition en France. Ses effectifs en région Pays de Loire, qui concentre 75% de la population de l'hexagone, étaient de 600 en 1998 et seulement 180 en 2012, (sources : Oiseaux nicheurs des pays de la Loire, delashaux & nieslé, 2014). Jacques et Christophe ont alors alerté les élus locaux et la LPO 49, qui sont intervenus auprès des administrations compétentes. Les travaux ont ainsi été stoppés durant la période critique, mais ont repris en septembre 2014 et se sont poursuivis en totale infraction avec l'arrêté ci-contre, le secteur concerné se trouvant en pleine Zone Natura 2000.
André

01/03/2014 : Pose de nichoirs à chevêches

Si vous voyez un drôle d'objet accroché dans un arbre, ce peut être un nichoir pour Chevêche d'Athena. Jean-Luc, Franck et André ont mis en place deux de ces nichoirs dans une prairie pâturée des bords de Loire à La-Chapelle-basse-Mer. Un an plus tard, un des deux est occupé (celui de la photo). L'autre, tout en PVC, a été délaissé.
André

jeudi 19 mars 2015

31/05/2014 : grand comptage

Le dernier comptage de la colonie d'ardéïdés du marais de Goulaine remontant à sept ans, Jacques, Jean-Luc, Franck, Fabrice et André ont mouillé le maillot.
Surprise : Des ibis sacrés adultes venus ravitailler leur progéniture, avaient été tirés dans la héronnière dans le cadre d'une campagne d'éradication contestée par certains scientifiques.
Le résultat : un grand nombre de cadavres de jeunes ibis morts de faim, mais également d'adultes, dont certains bagués, flottaient en état de décomposition dans l'eau stagnante.
Outre les risques sanitaires encourus par le reste de la faune, se pose également la question du dérangement occasionné aux autres espèces, en pleine période de nidification.
André

17/05/2014 : repérage avant comptage

Repérage des colonies d'ardéïdés sur le marais de Goulaine, avec Franck, Jean-Luc et André, en vue d'en dénombrer le nombre de nids. Déjà des poussins (photo de droite : grande aigrette poussin)
André


11/05/2014 : A la recherche du grèbe à cou noir

Jean-Luc, Franck et André en repérage sur le marais de Goulaine, à la recherche notamment de grèbes à cou noir nicheurs. Bingo, deux couples repérés avec des poussins.
André